Les catalogues et listes de J.N Herlin, Inc.

Jean-Noël Herlin, né en 1940 à Paris et installé à Manhattan, New York, depuis 1965, est un artiste actif comme libraire, archiviste et expert dans le domaine des arts modernes et contemporains. Entre 1966 et 1987, son activité de libraire se développe dans différentes configurations. En tant qu'acheteur et faiseur de collections d'ouvrages en sciences dures à destination des universités, il se forme au métier de 1966 à 1972 chez Kraus-Thompson Organization Limited à Mamaroneck puis Millwood, New York. En novembre 1972, il prend son indépendance en fondant J.N. Herlin, Inc. et ouvre son premier magasin situé à Greenwich Village au 32 Jones Street proposant des ouvrages sur les avant-gardes européennes de la littérature, de l'art ainsi que sur le cinéma et la télévision. Ce premier fonds correspond à la bibliothèque qu'Herlin a constituée en France depuis son adolescence. Suite à l'inondation de son magasin advenue après deux mois d'activité, Herlin s'installe dans un loft en étage au 108 W. 28th Street qu'il occupe jusqu'en 1980. Il reconstitue un inventaire centré sur des publications de seconde main relatives à l'art des décennies 1960 et 1970. Cette même année, il ouvre son second magasin, au 68 Thompson Street à SoHo, dans une rue parallèle à West Broadway qui concentre les galeries les plus influentes de l'époque. Au décès de son assistant Tom Wirth, en 1987, il ferme définitivement le magasin et cesse progressivement ses activités de libraire pour se concentrer sur l'archive et l'expertise. Aujourd'hui, il maintient son activité de marchand et vend des éphéméras issu de son archive à travers son site en ligne (www.jeannoelherlin.com). Tout au long de son parcours, Herlin a auto-publié des catalogues (ainsi que des listes), centraux dans le travail de libraire avant l'ère Internet et remontant à une ancienne tradition bibliographique. Leur fonction première est commerciale : rendre compte d'un inventaire, se faire connaître auprès de clients professionnels ou particuliers, susciter des commandes, rendre compte d'une éthique professionnelle. Autour d'une thématique et sur la base de qui lui était possible de rassembler, Herlin constituait des listes à la main puis des fiches bibliographiques dactylographiées décrivant les objets imprimés et déléguait la composition finale du texte à la machine à écrire IBM Selectric à un assistant. Au moins deux autres niveaux d'intérêt s'ajoutent. Les catalogues sont pensés de manière artistique par Herlin, souvent en collaboration avec des amis artistes, à travers le dispositif éditorial et la mise en page. De plus, ils ont une dimension scientifique, Herlin ayant par son travail fait émerger des sources peu connues à l'époque et encore parfois aujourd'hui. Le chercheur actuel en art contemporain peut se saisir des brochures d'Herlin pour repérer et étudier la circulation des publications d'artiste. La littérature professionnelle produite par les libraires, dont peu d'exemples sont conservés dans les bibliothèques ou les archives, représente un intérêt historique de premier plan. La numérisation des publications de libraire de Jean-Noël Herlin s'inscrit dans un projet de recherche sur les pratiques de l'écrit de Jean-Noël Herlin mené par Sara Martinetti depuis 2016. L'ensemble des catalogues et des listes se trouvant dans les archives de Jean-Noël Herlin a été traité. Les éléments manquants sont les suivants. L'unique exemplaire aujourd'hui connu de la première liste - rassemblant des publications rares sur le dadaïsme et le surréalisme et endossant la fonction de, selon les mots de son auteur, « carte de visite » - est conservé dans la collection de dictionnaires ainsi que de catalogues de la lexicographe Madeline Kripke. Après l'inondation de son premier magasin, Herlin produit des listes non numérotées afin de vendre ses ouvrages rescapés portant sur la littérature française, notamment à une librairie au Japon. Il reprend ensuite la numérotation de ses listes à 10, comme, selon lui, une sorte de «stratégie commerciale» alors qu'il venait de changer d'adresse et devait témoigner d'une activité. Enfin, deux points relatifs aux informations bibliographiques rassemblées dans cette base de données sont à préciser. Le prix de vente des catalogues et des listes est indiqué de manière variable dans les publications. Ces dernières n'étaient en effet pas vendues ; Herlin indiquait un prix afin de ne pas payer à l'imprimeur la « self taxe » de l'État de New York. Le tirage des publications n'est pas toujours indiqué mais devait varier entre 500 et 1500 exemplaires.
Sara Martinetti

retour à la liste des fonds

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 1

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 2

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 3

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 4

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 5

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 6

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 7

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 8

$titre

J.N. Herlin, Inc. Catalogue 9

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 11

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 12

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 13

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 14

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 15

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 16

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 17

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 18

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 19

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 20

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 21

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 22

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 23

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 24

$titre

J.N. Herlin, Inc. Special list 25